RAAG - le Réseau d'Apprentissage et d'Action Genre

- Charte et plateforme online :

Pour adhérer au RAAG et accéder à la plateforme online du réseau, merci de prendre connaissance de la charte, de  la signer et de la renvoyer à carla@mondefemmes.org : version FR - version ESP

Dans un second temps vous recevrez vos accès login et mot de passe pour la plateforme.

- Présentation :

raag

Ce réseau est orienté autour de 3 axes principaux :

1. Réseau d’apprentissage sur le genre composé de formatrices et formateurs en genre en Europe, Afrique francophone, Amérique Latine et Canada. Afin de valoriser les compétences et de pouvoir compter sur un potentiel d'experts et expertes au Sud et au Nord pour des formations en formateur-rices et des formations thématiques avec une perspective de genre.

2. Réseau intercontinental de recherches-actions liées au plaidoyer (Europe/Amérique latine/Afrique): Expert-e-s thématiques en lien avec nos plaidoyers et la diffusion des savoirs collectifs.

3. Réseau de co-construction et diffusion des savoirs (Palabras) : autour des bonnes pratiques genre au Nord et au Sud.

Ces axes permettent de pallier le manque d’échanges et d’expertises sur le thème “genre” au Sud comme au Nord. Le réseau s’appuie également sur les réseaux déjà établis au Sud. Il ne s’agit pas de lancer un nouveau réseau international mais de tisser les liens entre les acteurs qui sont sur le terrain et qui font aussi partie d’autres réseaux. De cette manière, l’impact de la réflexion et expertise, systématisée au sein du réseau du M/F, renforcera les actions sur le terrain. Enfin, le réseau s’appuie sur et appuie (relation circulaire) les recherches-actions, le  plaidoyer et la formation.

Le RAAG peut répondre à d’autres exigences liées à la réforme de la coopération belge:  Les synergies avec les organisations financées par la Belgique dans les différents pays la tranversalisation de l’approche genre a suscité un engouement des demandes de collaboration. Le suivi de la cible stratégique genre dans les CSC dans les 4 pays où nous sommes présentes. Et proportionner des méthodologies et des documents utilisables par les autres pays.

C'est un réseau formel semi-ouvert, piloté par M/F, soutenu par ses partenaires directs (financés) et alimenté par les personnes/organisations adhérentes dans les différents sous-groupes du réseau. 

C'est également une plateforme digitale:

- En ligne/ virtuelle : Support numériques, mails, Facebook, téléphone, Plateforme Moodle : accès / partage doc, matériel audio-visuels, etc/ e-learning, langues : fr/esp /
- Présentielle : Rencontres physiques lors de séminaires, formations et autres rencontres internationales en Belgique (voir autres pays Europe), Bolivie, Pérou, RDC et Sénégal.

Pour connaître les critères d'adhésion et la charte du RAAG, cliquez ici

- Travailler en RESEAU :

Le M/F participe au renforcement des réseaux N/S et S/S, notamment de mouvements sociaux, pour favoriser le dialogue, l'échange, l'égalité. Au Sud, les efforts se concentrent sur trois régions géographiques : l'Afrique de l'Ouest, l'Afrique des Grands Lacs, l'Amérique latine (région andine)

Une des spécificités du M/F est de travailler systématiquement en réseau, un réseau qui englobe des partenaires du Nord et du Sud travaillant sur les questions de genre et développement, par le biais de la formation, la recherche ou le plaidoyer. Le RAAC (réseau d'action et d'apprentissage communautaire) est à l’origine de ce réseau N/S. Cela a suscité une dynamique méthodologique fondée sur la rencontre physique des personnes lors de moments de plaidoyer et de formation qui ont débouché sur la co-construction d'analyses des réalités locales placées dans un contexte mondialisé. La dynamique de réseau a permis de participer à des rencontres avec d'autres réseaux afin réaliser des alliances et des analyses.

Le M/F part du constat suivant : que ce soit au niveau andin, de l’Afrique de l’Ouest ou de l’Afrique des Grands Lacs, chaque partenaire du M/F sur le terrain travaille déjà en coordination avec d’autres acteurs et est déjà intégré dans un ou plusieurs réseaux (sur une ou plusieurs thématiques pas nécessairement liées au genre). Cependant, il ressort un manque d’échange et d’expertise sur l’analyse de genre. De plus, les pratiques positives ne sont généralement pas connues.

Que ce soit à travers les différentes formations données dans le Sud et en Belgique, ou ses implications dans des réseaux de femmes, les recherches menées ou encore son expertise, le M/F détient une importante base de données internationale de personnes travaillant sur les questions de genre et développement. La proposition est de formaliser un réseau avec ces partenaires, afin de rendre les liens et les échanges plus palpables, plus visibles et de leur donner un cadre. Un tel réseau permettrait de rendre visible et de renforcer l’expertise des partenaires du Sud.

D’ici dix ans, le M/F espère que le « Réseau d’action et d’apprentissage sur le genre (RAAG) sera constitué, pérenne et renforcera l'expertise genre grâce à sa plateforme tricontinentale. 

- Historique :

Depuis 20 ans Le Monde selon les femmes a une expérience dans la création et coordination de réseaux internationaux :

1. La revue Palabras et son regard croisé Sud/Nord, a permis depuis 1997 à l'ONG de tisser un réseau international de contacts avec des organisations de femmes et de diffuser des échanges de bonnes pratiques de développement du Nord et du Sud (Afrique, Amérique latine et Europe). Palabras repose sur une vision à long terme, elle cherche à tisser des réseaux entre des associations du Nord et du Sud, Sud-Sud aussi, afin de mettre en place des outils de formation capables de développer une vision critique sur les sociétés ainsi que de renforcer leurs luttes politiques. C’est ainsi qu’est né le réseau Palabras, plus de 5000 personnes des groupements des femmes reçoivent les publications.

2. Entre 2005 et 2008 Le RAAC - Réseau d’action et d’apprentissage communautaire sur le genre: Le Monde selon les femmes a coordonné un projet de sensibilisation de l’opinion publique européenne aux questions de développement co-financé par la Commission européenne. D’une durée de 3 ans, le projet RAAC abordait différents thèmes tels que la violence, le développement durable, les enjeux macroéconomiques, la mondialisation. Les actions mises en oeuvre s’articulaient autour de ces axes principaux : la création d'un réseau, la sensibilisation aux enjeux de développement, des formations et la production de matériel pédagogique, échanges interculturels de savoir et de pratiques, d’informations, de documents, d’expériences en utilisant les NTIC et la création d’une base de données d’associations actives au N et au S.

3. Depuis 2003, grâce à GCDD Formation internationale de longue durée en Genre comme Condition de Développement Durable et la FOR FOR (Formations de formatrices et formateurs en genre)le MF compte sur un réseau de plus de 200 personnes principalement en Afrique, Haïti, Europe qui ont une expertise approfondie sur l'intégration de l'approche genre. Ces formations destinées aux cadres travaillant dans la coopération (Ministères, ONG, associations de femmes, expert et expertes en genre, chercheurs et chercheuses….) ont eu lieu en Belgique, en Afrique francophone et en Bolivie. En lien avec d'autres organisations francophones spécialisées dans les formations et les recherches genre un référentiel a été crée. http://mondefemmes.be/genre-developpement-outils_theories-analyse_declics-genre_1-referentiel-formatrices-formateurs.htm

4. Depuis 2008, Le MF a des partenaires stratégiques contractualisés (PSC). Nous soutenons financièrement des partenaires au Sud (RDC, Sénégal, Bolivie, Pérou). Ce sont les partenariats durables (6 et 15 ans) du MF qui sont soutenus financièrement. 

5. Depuis 2011, des recherches actions croisées Belgique, Amérique Latine, Afrique francophone ont vu le jour. Elles sont généralement liées à un plaidoyer et permettent de renforcer les formations. Nous les réalisons soit avec les partenaires financés par le MF soit avec d’autres partenaires spécialisés dans les thématiques abordées. Les plaidoyers sur l’agroécologie d'une part et les violences d'autre part avec une perspective de genre, se sont fondés sur une recherche-action avec l’ensemble de nos partenaires. Cette méthode de recherche-action, a permis au MF d’être reconnu comme association de référence sur certaines thématiques avec une perspective de genre. Nous avons également été reconnues comme interlocutrices dans d’autres plates-formes liées à la coopération (ex. la plate-forme agriculture de la DGD, Because Health).

6. En 2012, lors d’un séminaire avec l’ensemble des partenaires, une analyse SWOT avec les partenaires a permis de souligner les aspects positifs du réseau comprenant le MF, les deux ENDA, CONAFED, REMTE Pérou et Bolivie, mais aussi les difficultés rencontrées.

7. Dans le programme 2014-2016, formalisation création formelle du RAAG (Réseau d'Action et d'Apprentissage Genre) et préparation de la plateforme digitale sur Moodle.

Les forces de notre réseau sont : la vision commune des inégalités sociales liées au genre, l’appartenance à une structure organisée ; également, la diversité d’origines des partenaires a permis un échange de savoirs enrichissant. La construction commune des formations et un plaidoyer commun ont été les points incontournables mis en lumière suite à la discussion. Ses limites, telles que les partenaires l'ont souligné sont : l’insuffisance d'échanges de matériels pédagogiques et le manque de création d'outils en commun. Ils regrettent aussi l’insuffisance d'échanges Sud - Sud (à cause de la langue) et l’absence de capitalisations d’expériences (méconnaissance de chacune).